ProJeuneS 1.0 | © ProJeuneS asbl 2017 | Mise à jour : 08.09.2017 ||  Reader - Flash player - Firefox   |  



Presse

Communiqués de presse


Ne ratifions pas le Traité budgétaire européen

Article créé le 22-01-2013

Ne ratifions pas le Traité budgétaire européen

Rédaction en ligne

Mis en ligne Mardi 22 janvier 2013, 08h09

La carte blanche D'un collectif de signataires (1)

http://www.lesoir.be/168938/article/debats/cartes-blanches/2013-01-22/ne-ratifions-pas-trait%C3%A9-budg%C3%A9taire-europ%C3%A9en





L’Europe s’enfonce chaque jour un peu plus dans la récession. En cause, les politiques d’austérité qui, de Lisbonne à Athènes, en passant par Londres, Paris, Rome, Madrid, Berlin ou Bruxelles, cassent l’activité économique et engendrent chômage, baisse des salaires et misère.

Ceux qui ont mis en œuvre ces politiques mortifères nous pressent de ratifier le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) en Europe. Or, ce traité couplé à l’autre traité, celui qui porte sur le mécanisme européen de stabilité (MES), réservé aux seuls pays de la zone euro, s’inscrit dans la même logique austéritaire. Une logique qui a pourtant montré son échec complet depuis la crise économico-financière de 2008-2009 et le montre encore sous nos yeux en Grèce ou en Espagne.



En réalité, le traité budgétaire représente une double menace, économique et démocratique. Sur le plan économique, le traité durcit encore les critères de Maastricht en abaissant le seuil du déficit maximal autorisé de 3 % à 0,5 % : c’est la fameuse règle d’or. Inutile de préciser qu’une telle règle aura inévitablement les effets déjà observés dans le passé, c’est-à-dire coupes budgétaires, multiplication des chômeurs et recul de l’activité économique. De surcroît, avec ce traité, les budgets nationaux seront complètement contrôlés par la Commission et la cour de justice européenne, ce qui signifie que les Parlements fédéral et régionaux seront mis sous tutelle. Une telle contrainte porte un nom : il s’agit purement et simplement d’un déni de démocratie, d’un hold-up démocratique.



Il y a plus, car le TSCG prévoit également – dans son article 4 – que lorsque la dette totale d’un Etat dépasse 60 % de son produit intérieur brut (PIB), celui-ci a alors l’obligation de la réduire à raison d’un vingtième par année – au total en vingt ans donc. Faisons un petit calcul : une telle politique signifie que les pouvoirs publics de la Belgique doivent dégager chaque année pendant vingt ans un excédent budgétaire de l’ordre de 7 milliards d’euros. En d’autres termes, notre futur prévisible, c’est l’austérité pour demain, après demain et encore plus loin. Avec la conséquence supplémentaire que cette véritable asphyxie budgétaire empêchera toutes les mesures indispensables au déploiement d’une transition énergétique et écologique.



Dès lors, une conclusion s’impose : nous les signataires de cet appel, nous demandons à tous les parlementaires d’ouvrir les yeux et de s’opposer par leur vote à la ratification du traité budgétaire (TSCG), synonyme d’austérité, de misère, de régression et de chômage sur une échelle encore inconnue à ce jour.

 

(1)Extrait de la liste des premiers signataires de l’Appel contre le TSCG :

Antoine Attout, Réseau Financement Alternatif ; Francis Bismans, CF MG, Univ. de Lorraine ; Christian Binet, conseiller communal MG Aubange ; Benoît Blondeau, SR FGTB BW ; Olivier Bonfond, Cepag ; Sfia Bouarfa, députée PS BXL ; Guéric Bosmans, Président ProJeuneS ; Jalil Bourhidane, JOC Bruxelles ; Carlo Briscolini, SR Centrale Générale FGTB-Charleroi ; Théo Bruyère, ex-échevin Ecolo Lg ; Nicole Cahen, BE Parti de la Gauche européenne ; David Cordonnier, Président MJS ; Jean Cornil, ex-député/sénateur PS ; Nico Cué, Secrétaire Régional des Métallos BXL-W ; François D’Agostino, BP du PC Wallonie-Bruxelles ; Jacques Debatty, Président MOC-BXL ; Xavier Dupret, économiste Gresea ; Slim Essaker, JOC Lg ; Jean Fagard, SP fédé. Lg PC, BP du PC ; Guy Fays, SR FGTB Namur ; Ezio Gandin, Amis de la Terre ; José Garcia, SG du syndicat des locataires ; Roger Goddin, délégué régional SEL-SETCa BW ; Sophie Heine, Queen Mary, University of London et Oxford University ; Bernard Hennebert, journaliste,

site consoloisirs ; Jules Jasselette, ex-échevin PS de Liège ; Jean-Marie Kaddes, délégué principal CSC Tecteo-Voo ; Giorgos Karatsioubanis, coordinateur SYRIZA en Belgique ; Coralie Ladavid, SP de la Fédé. des maisons médicales franco. ; Claire Lammerant, SF MOC BW ; Marie-Françoise Lecomte, avocate, CF MG ; Raymonde Le Lepvrier, SR SETCa Namur ; Paul Lootens, SG Centrale Générale FGTB ; Mélisa Maggio, permanente services publics secteur ALR et Soins de Santé, Hainaut et Philippeville ; Fred Mawet, ATTAC BXL 2 ; Céline Meneses, B.E. du Parti de la Gauche Européenne ; Jean-Pierre Michiels, ACJJ – Association culturelle Joseph Jacquemotte ; Céline Moreau, coordinatrice JFGTB ; Robert Neuray, comité section de Liège du PS ; Patrick Olczyk, Comité fédéral du MG, instigateur de l’Appel ; Christine Pagnoulle, présidente ATTAC Liège ; Jean Peltier, site d’infos anticapitaliste Avanti ! ; Daniel Piron, SR FGTB Charleroi ; Rudy Pirquet, SG SETCa Charleroi ; Alain Preud’homme, Casa Nicaragua ; Daniel Richard, SR interprofessionnel FGTB Verviers et

Communauté germanophone ; François Schreuer, conseiller communal VEGA à Liège ; Jean-Marc Senger, SF CSC BN ; Jean-François Tamellini, SF FGTB ; Robert Tangre, conseiller communal FdG Courcelles ; Joël Thiry, SR Interprofessionnel Lux. ; Eric Toussaint, économiste, CADTM ; Daniel Van Daele, SR FGTB ; Alain Van Praet, délégué principal CSC-Transcom ; Bernard Wesphael, député, président du M.



Centralisalisation des signatures et liste complète des premiers signataires avec le texte de l’Appel contre le TSCG sous format PDF disponible chez Patrick Olczyk, atb.po@skynet.be